Le compostage sur place

composteur

Faire un compost devient de plus en plus utilisée, c’est une solution pérenne pour plusieurs objectifs : valoriser des déchets, trier un déchet et, par là-même, baisser la quantité de déchets, produire un « engrais » pour le jardin gratuitement… La « poubelle à compost » devient donc une quatrième ou cinquième poubelle à la campagne ; c’est un peu plus compliqué en ville mais les composteurs publics ou collectifs se développent…

Le compost au jardin

L’utilisation de compost créé personnellement au jardin est une très bonne alternative à des produits (même biologiques) achetés dans le commerce et enrichis (terreau, terre végétale…). Un bon compost est riche en substances nutritives et en humus. Mais, de surcroit, il est très aéré et, pour cela, il se rapproche d’un terreau. L’eau et l’air peuvent correctement circuler et les plantes aiment ce substrat ! Son ph est neutre, ce qui convient à la plupart des plantes.

Ce substrat est donc en quelque sorte le substrat idéal. Le jardinier a tout intérêt à en produire soi-même une bonne quantité. Et le cercle vertueux peut alors se mettre en place…

Le compostage sur place, une autre utilisation du compost

Lorsqu’on s’intéresse un peu à la permaculture, on se rend vite compte que faucher ou couper court est mieux que arracher ou déraciner. En effet, les racines se décomposent et peuvent alors nourrir le sol. Bien entendu, cela dépend des plantes, certaines devront être arrachées mais, pour des engrais verts par exemple, le fauchage est clairement recommandé. De plus, il est conseillé de laisser sur place le fruit du fauchage , pour former un paillage utile et nourissant ! La mise au compost est un minimum mais pas forcément la solution recommandée.

Si l’on souhaite même aller plus loin, il est possible d’utiliser des déchets de cuisine comme paillage et de les épandre sur le sol entre les cultures. Cette fois, on fera l’économie (de place et d’argent) du composteur lui-même. L’objectif de recyclage des déchets est lui-même conservé. Les déchets seront souvent plus vite compostés que dans un silo fermé et cela permettra de nourrir directement les cultures et de servir de paillage. Ce gain d’énergie et de temps montre bien la résilience du système, pilier essentiel de la permaculture.

L’inconvénient sera esthétique, notamment dans un petit jardin mais dans le cas d’un plus grand jardin potager, avec des coins et des recoins, la technique est très simple à réaliser !

Cet article a été publié par pierre. 13 lectures