Richard Vainopoulos optimiste quant à la situation actuelle de TourCom

Selon son président, Richard Vainopoulos, le réseau TourCom est en parfaite santé malgré la crise économique et le contexte social actuel qui ne semblent pas très propices aux voyages.

Un bilan 2015 positif pour TourCom

Les volumes d’affaires du TO, du réceptif et du vol sec de TourCom ayant connu une nette augmentation, Richard Vainopoulos se dit assez content des résultats financiers de son réseau. Malgré les événements qui ont quelque peu ébranlé le milieu économique et social, la majorité des agences membres et les 800 points de vente sont restés opérationnels et rentables.

La Convention annuelle de TourCom qui n’a pas eu lieu pour l’année 2015 a été annulée pour des raisons pratiques. TourCom a en effet décidé d’être plus disponible pour ses membres et a instauré un système d’assistance personnalisé pour les aider à être plus performants. Contrairement à la Convention, les workshops continueront à avoir lieu.

TourCom n’est pas menacé par le développement du collaboratif, ni par les agences de voyages

Le collaboratif est actuellement en nette progression, mais Richard Vainopoulos n’y pressent aucun risque pour les activités de son réseau. Pour le président de TourCom, les acteurs du collaboratif ne sont pas une menace puisqu’ils ne sont pas réellement des agents de voyage. Par ailleurs, leur principal souci étant les prix les plus bas du marché, TourCom, qui mise plus sur le haut de gamme ne se sent point menacé.

En ce qui concerne la concurrence face aux autres agences de voyages, son président estime que TourCom est assez puissant et bien entouré pour ne pas se sentir en danger face à ces dernières. De plus, avec les accords de collaboration signés l’année dernière avec Avitour et RKT, les activités du réseau se sont nettement développées.

Richard Vainopoulos a-t-il des ambitions politiques ?

Richard Vainopoulos tient toujours à exprimer son opinion à propos de sujets concernant le social, la politique et l’économie dès lors que les questions touchent de près ou de loin ses activités. Pourtant aux questions « Avez-vous des ambitions politiques professionnelles ? » et « Visez-vous le poste de ministre du Tourisme ? », ses réponses sont claires, c’est « NON ».

Cet article a été publié par presseocom. 58 lectures