Vivre près d’un aéroport : une fatalité ?

Les nuisances sonores sont au cœur de bien des débats sur l’urbanisation et le progrès. Si les techniques évoluent et facilitent le quotidien des travailleurs et des familles, elles sont parfois gênantes, voire dangereuses pour la santé. Ainsi, habiter près d’un grand site industriel ou à quelques kilomètres d’un aéroport est à l’origine de troubles graves et irréversibles. Le risque de tomber malade est bien plus élevé, selon des études réalisées par plusieurs organismes officiels.

Les nuisances reconnues à proximité des grands aéroports

Vivre près d’un aéroport augmente les risques de maladies cardio-vasculaires, c’est ce qu’affirment des scientifiques britanniques et américains dans le British Medical Journal. La « pollution » sonore génère donc des troubles cardiaques et influe sur la tension artérielle. Les risques d’AVC et de maladies cardiaques sont plus nombreux dans les zones où le trafic aérien est incessant. Les niveaux sonores élevés, c’est-à-dire supérieurs à 55 dB, perturbent le sommeil et agissent sur le système nerveux. Il a été estimé que les riverains des aéroports ont 3.5% de plus de chances d’être hospitalisés pour des troubles cardio-vasculaires que le reste des habitants d’un pays. Ces études démontrent simplement ce que des dizaines de médecins affirmaient depuis des années : l’intensité d’un bruit répétitif nuit gravement à la santé.
Il est impossible de s’habituer au bruit. L’organisme réagit toujours de la même façon même après des années d’exposition. Les problèmes graves nécessitant une hospitalisation ne sont pas les seuls inconvénients dus aux nuisances sonores intermittentes ou continues. Le bruit a bien entendu des conséquences sur l’ouïe mais aussi sur l’état de santé général avec apparition de fatigue chronique, de céphalées répétées, de nervosité, d’irritabilité, etc. Les solutions proposées sont souvent inefficaces.

Mesurer le bruit pour apprécier l’impact sur notre santé

Les appareils de mesure du bruit sont les sonomètres et les dosimètres de bruit.
Le sonomètre est un « appareil destiné à mesurer, en décibels, le niveau sonore ». Le sonomètre classique s’utilise pour mesurer toutes sortes de bruits : de véhicules, industriels, d’alarmes et d’avertisseurs sonores, etc. Il est soumis à la norme IEC 61672 de Classe 2. Le sonomètre enregistreur est conçu pour répondre aux besoins des professionnels agissant dans le milieu du travail. Les mesures acoustiques sont fiables. Le nombre de paramètres enregistrés est conforme à la directive de la législation du travail. Le sonomètre accompagné d’un logiciel d’analyse acoustique enregistre les données et les retranscrit sur des graphiques pour être comparées aux données officielles. Un rapport d’analyse peut facilement être édité. Ces appareils sont d’utilisation simple mais les résultats obtenus sont toujours fiables.
Le dosimètre de bruit est un « petit appareil utilisé pour déterminer le niveau de bruit ». Il est utilisé pour le calcul de mesures servant à prouver l’exposition d’individus au bruit.
Autonome, compact, il permet de détecter les sources sonores non conformes avec les normes internationales.
L’exposimètre acoustique est parfois individuel. Il se porte à la ceinture pour mesurer et stocker les paramètres du bruit.