Les banques en ligne sont moins chères que les banques traditionnelles

L’association UFC-Que-Choisir a publié mardi dernier son étude sur les banques, plus précisément sur leurs tarifs. Résultats : d’importantes hausses des prix ont été notées ainsi qu’un manque d’information sur le règlement SEPA. Il en ressort que les banques en ligne sont moins onéreuses comparées aux banques traditionnelles. À cette occasion, Oboulo.com s’interroge sur les banques en ligne et le comportement des Français.

Augmentation des tarifs pour 7 services sur 10

Dans le cadre de cette enquête, l’association de consommateurs a examiné les tarifs de 10 services – les plus utilisés – dans 129 établissements bancaires. Ainsi, les cartes bancaires, le retrait d’argent dans une autre banque, les virements, les prélèvements, etc. sont passés à la loupe. Il s’avère qu’une augmentation des prix a été remarquée entre octobre 2010 et janvier 2014 pour 7 services sur 10, dont 4 de manière plus importante que l’inflation sur cette période (+ 5,2 %) : + 98,8 % sur les frais de tenue de compte sur 4 ans, + 67, 9 % sur les retraits d’espèces chez un concurrent, + 6,6 % sur les cartes bancaires à débit immédiat, + 6,6 % sur les virements occasionnels. En revanche, on note – 31,5 % sur les tarifs d’abonnements internet et – 34 % concernant la mise en place de prélèvements.

SEPA : peu d’informations

UFC-Que-Choisir a également mené l’enquête sur les prélèvements SEPA et leurs conséquences pour les consommateurs. Afin de limiter les fraudes par prélèvement qui ont connu une hausse de 1% en 2000 à 10 % en 2010 au Royaume-Uni où le client n’envoie qu’une autorisation au fournisseur (autrefois une autorisation était envoyée à la banque et une au fournisseur), l’Europe a introduit une réforme incluant une liste noire – prélèvements interdits – et une liste blanche – prélèvements autorisés, fournies par le client. Ce règlement s’accompagne d’une obligation pour les banques de communiquer à ce sujet. Malgré cela, l’association de consommateurs a relevé que, sur 331 établissements, seuls 2,6 % d’entre eux ont affiché des informations concernant le SEPA et 8 % ont mis des brochures à disposition. En ligne, le pourcentage de sites bancaires évoquant le SEPA est de 25,6 % et celui des sites abordant les listes est de 3 % seulement.

Banques en ligne et assubanquiers en top du palmarès

De manière générale, les banques en ligne et les « assubanquiers », des banques créées par des assurances, sont les moins chers mais sous certaines conditions. UFC-Que-Choisir ajoute que les tarifs diffèrent grandement en fonction des banques, mais également selon les profils des clients. (Le Figaro, UFC-Que-Choisir)

Oboulo et ses mémoires sur les cyberbanques

Afin d’élargir ses connaissances sur le sujet, le site Oboulo met à disposition des mémoires sur les banques en ligne, autrement dit, les cyberbanques, analysant le comportement des consommateurs et les solutions proposées par ces établissements.

Cet article a été publié par annie8. 73 lectures