Hausse alarmante de la consommation d’antibiotiques en France

Selon L’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) la consommation des Français d’antibiotiques a augmenté de 3% ces 5 dernières années.

Cette surconsommation injustifiée a des effets préjudiciables aux finances et à la santé de toute la société.

« Mutuelles-pas-cheres.org » fait lumière sur ce sujet et vous propose de simuler des devis gratuits et de choisir une mutuelle senior, jeune ou familiale selon vos besoins.

Surconsommation d’antibiotiques : une responsabilité partagée

Les antibiotiques sont utilisés pour traiter une infection bactérienne authentifiée à des doses suffisantes, pendant un temps déterminé.

En France la plus part des consultations se soldent par une prescription d’antibiotiques.

Le recours excessif à ces médicaments est due à :

  •  un diagnostique erroné où une infection virale est prise pour une infection bactérienne
  •  un abus de prévention contre d’éventuelles complications bactériennes chez les sujets âgés
  •  un intense travail de lobbying de l’industrie pharmaceutique qui a matraqué pendant des années qu’il fallait délivrer systématiquement ces médicaments à tous les malades
  •  des pressions des patients, sur les médecins, qui pensent que les antibiotiques sont des remèdes miracles à toutes les maladies
  •  l’automédication où le patient prend ce que bon lui semble

Conséquences de la surconsommation d’antibiotiques

Le problème majeur de la consommation abusive d’antibiotiques est l’apparition de bactéries résistantes. Ce ci fait que :

  •  il n’y a plus assez de molécules antibiotiques efficaces pour traiter les infections
  •  le recours de plus en plus fréquent aux antibiotiques de derniers recours, qu’il faut réserver aux pathologies sévères et qui deviennent eux-mêmes inactifs
  •  les bactéries non pathogènes (comme celles de l’intestin) deviennent résistantes et constituent un réservoir de gènes de résistance aux nouvelles souches de bactéries pathogènes

L’utilisation intempestive d’antibiotiques engendre aussi des frais inutiles qui surchargent surtout le budget sanitaire des personnes du 3émé âge.