L’hybridation naturelle et l’hybridation manuelle

courge B

Dans la nature, la multiplication des plantes est un phénomène naturel et inépuisable. Les plantes peuvent être multipliées par différents moyens, boutures, marcottages et graines. Ce dernier est le plus souvent utilisé, par l’homme mais également et nettement plus souvent dans la nature, à l’état sauvage, via le vent ou des pollinisateurs le plus souvent.

L’hybridation, un phénomène naturel

La nature cherche naturellement à coloniser les espaces autour d’elle et à se développer, comme le règne animal ; c’est pourquoi elle cherche à se reproduire le plus possible. Dans un certain nombre de cas, il peut y avoir croisement entre des plantes d’une même famille. C’est souvent le cas chez les courges, par exemple. Une courgette d’une certaine variété pourra facilement se croiser ou s’hybrider avec une autre courgette d’une autre variété (ronde de Nice par exemple). Les courges utilisent les insectes pollinisateurs pour leur reproduction. Des fleurs mâles et femelles s’ouvrent et sont « visitées » par des abeilles ou autres insectes pollinisateurs. Du pollen se dépose sur les insectes dans les fleurs mâles et est « déposé » naturellement dans les fleurs femelles lorsque le visiteur y va. C’est comme cela que ça fonctionne dans la plupart des cas. Mais, si sur une même « aire » de culture (quelques kilomètres carrés pour des abeilles), plusieurs variétés d’une même espèce de courges sont cultivées, il est tout à fait possible que le pollen des fleurs mâle de courgettes longues se déposent dans les fleurs femelles de courgettes de Nice et donne des hybrides (après première génération) de courgettes. C’est de cette façon que, depuis des millénaires, les paysans reproduisent et hybrident les meilleurs plants de culture et que l’on obtient des fruits et légumes de qualité comme on peut avoir aujourd’hui…

L’hybridation manuelle, solution humaine simple

Dans un potager individuel, il n’est donc pas conseillé de cultiver des courges de la même variété. A moins d’avoir recours à l’hybridation manuelle… Il s’agit d’une technique simple pour donner un coup de pouce à la nature et l’aider à reproduire des plants naturels et simples. Juste lorsque les fleurs mâles s’ouvrent, il suffit d’aller y récolter un peu de pollen avec, par exemple, un coton tige et d’aller le déposer soi-même dans la fleur femelle à peine ouverte. Cette technique n’est pas du tout compliquée mais nécessite logiquement que l’on surveille ses plants de courges pour bien voir quand les fleurs vont s’ouvrir et quand il va falloir aller obturer les fleurs femelle pour qu’elles ne soient pas « visitées » par des abeilles ou autres. Cela se passe bien souvent tôt le matin en été et nécessite donc que l’on se lève à l’aube pour cela. Après l’opération, comme avant pour ne pas prendre de risques, il faudra fermer la fleur femelle avec une pince à linge par exemple… Cette technique est la plus efficace pour maîtriser l’hybridation de ses courges comme d’ailleurs de la plupart des plantes au jardin !

Cet article a été publié par pierre. 39 lectures