La rotation des cultures

jardin-ecologique-naturel

En jardinage biologique ou même en agriculture biologique ou maraîchage biologique, on parle souvent de rotation des cultures. Pour autant, qu’est ce que la rotation des cultures et à quoi sert-elle ?

Faites tourner !

Bien souvent, le jardinage se fait durant les beaux mois et la belle saison. De avril à octobre… Bien souvent, en culture classique, un seul légume ou fruit est fait pousser sur une même « planche de culture » pendant cette année. Quand bien même il y a en aurait plusieurs, ce serait la même chose ! La permaculture, d’ailleurs, montre un désordre apparent et des cultures très denses, densément plantées comme mélangées entre elles (et même des fleurs au milieu des légumes !). Mais ce désordre n’est qu’apparent… D’une année sur l’autre, il est bon de faire tourner ses cultures et de ne pas cultiver la même chose sur la même parcelle l’année suivante.

Limiter les maladies

L’objectif principal est de limiter le retour de ravageurs ou de maladies d’une année sur l’autre. Bien souvent, si ce n’est dans l’écrasante majorité des cas, les ravageurs (mouches, larves, insectes divers…) ou les maladies (champignons…) hivernent sous terre pour « passer » la mauvaise saison. De fait, ils ressortent facilement au printemps suivant. Si l’on cultive la même chose l’année suivante, il leur sera facile de coloniser les plantes à nouveau, où ils seront précoces et particulièrement efficaces.

Des familles de plantes

Les ravageurs fonctionnent souvent avec une famille de plantes ou même une seule plante elle-même. Par exemple, les tomates comme les pommes de terre font partie de la famille des solanacées alors que les épinards ou le chénopode sont des chénopodiacées. Mais les haricots, pois et fèves sont des légumineuses ou fabacées. La ravageurs s’installent sur les plantes de la même famille. C’est pourquoi il est conseillé de ne pas cultiver la même chose plusieurs années de suite mais d’attendre plusieurs années, 4 le plus souvent en moyenne…

Cet article a été publié par pierre. 46 lectures