La pollution intérieure, un fléau de notre société ?

bouche-ventilation-sale

La pollution intérieure est devenue, ces dernières années, un vrai sujet de préoccupation des français. L’ADEME (Agence nationale De l’Environnement et de la Maîtrise de l’énergie) a même récemment sorti un fascicule pour prendre conscience des différents dangers et de comment les combattre. La pollution intérieure, dans nos habitations, est loin d’être nouvelle mais, ces derniers temps, elle a pu réellement être étudiée et comptabilisée. La remarque principale est la suivante : il arrive bien souvent que nos intérieurs soit plus pollués que l’air extérieur !

La faute à qui ?

Les causes sont multiples. S’il n’existait qu’un seul type de polluant, la tâche serait plus aisée… Dans nos maisons, on trouve énormément d’humidité et donc des moisissures, les maisons ne sont pas assez ventilées mais, surtout, les habitudes d’aérations et de constructions ne sont pas les bonnes… Garnir de béton (qui empêche la respiration d’un mur) un mur en pisé (terre crue banchée qui gère bien les excès ou les manques d’humidité) n’a pas de sens ! On y trouve également des polluants divers (tabac, pesticides…), des COV, Composés Organiques Volatils (merci nos meubles peu chers mais en bois contreplaqué), du radon (gaz naturel radio-actif), du CO, monoxyde de carbone potentiellement mortel, gaz venant d’appareils de combustion mal réglés (chauffage au bois, fioul, gaz peu récents et mal réglés)…

L’air extérieur

Mais si les maisons sont cernées d’air pollué et de faible qualité, même le renouvellement de cet air posera problème ! Les pics de pollution état de plus en plus courants et pas forcément solutionnés, l’air que nous respirons lorsque nous allons chercher nos enfants à l’école n’est pas forcément meilleur… Et si nous faisons rentrer de l’air dans nos maisons pour évacuer les polluants intérieurs et qu’autant en rentrent…

L’hiver dernier (et ça recommencera probablement cette année), les chauffages au bois ont largement été montrés du doigt. Étrange puisque, d’un autre côté, on nous vente les mérites écologiques et économiques du chauffage au bois ! Personne n’a jamais dit que c’était LA solution. Le chauffage au bois est plus économique et écologique que le fioul ou le gaz mais, en dehors de son bilan CO² neutre, le chauffage au bois par combustion est un chauffage polluant comme les autres. Mais il s’agit surtout des cheminées ou poêles anciens et mal réglés. Un feu complet et correctement réglé de bois n’émet presque pas de particules et de polluants !

Quelles solutions ?

Les solutions sont multiples, mais vu l’état de l’air extérieur, aucun n’est parfaite ! On privilégiera tout de même une bonne ventilation de nos maisons, entretenue et efficace (VMC donc mécanique ET aération naturelle, double-flux avec filtres…). Des matériaux naturels et bois massifs non émetteurs de COV et autres polluants, une bonne étanchéité pour éviter les infiltrations… Et une complète maîtrise de l’air intérieur !

Cet article a été publié par pierre. 163 lectures