Le lait d’ânesse, un produit rare aux bénéfices multiples et ce depuis l’antiquité

Les ânesses productrices de lait sont restreintes à un régime alimentaire strict afin de fournir un lait de bonne qualité ! Foin ou luzerne allié à un peu de paille accompagné de son pour améliorer les minéraux principaux qui sont présents dans le produit.
L’ânesse, contrairement à d’autres animaux, ne produit du lait que pour son petit. Pour le nourrir, elle ne produit qu’1 à 6 litres de lait par jour. Il faut donc alterner entre le petit et la traite. L’ânesse ne produisant que pour son petit, s’ils sont séparés, la mère cessera toute production ! En temps normal, l’ânesse produira du lait jusqu’au sevrage de son ânon, en général au bout d’une année. La production est réduite due à la faible production et aux contraintes de celle-ci. Les ânesses sont traitées mais seulement 1 litre est prélevée afin de respecter l’animal et permettant ainsi une alternance entre la traite et l’ânon. L’ânesse devra être traitée par une personne en qui elle a confiance.

Le lait d’ânesse traverse les années et les siècles en accompagnant les acteurs majeurs de l’histoire. Cléopâtre se plongeait dans des bains de lait d’ânesse pour entretenir sa peau et la garder souple et hydratée. Néfertiti ne se déplaçait jamais sans son immense troupeau d’ânesses. Les Romains en avait fait une boisson de luxe. Les grecs le considéraient comme un remède de renom. Hippocrate l’utilisait pour divers maux (empoissonnement, douleurs articulaires, plaies, etc.). François 1er a assuré avoir retrouvé ses forces après la guerre grâce au lait de ces équidés. Quant à Buffon, naturaliste français de 1749 à 1804, spécifie dans son manuel Histoire Naturelle : « Le lait d’ânesse est un remède éprouvé et scientifique pour certains maux ». A travers l’histoire quelque soit l’époque, la production de l’ânesse jouit d’une réputation et d’une renommée ! On lui attribuera différents rôle, différents bénéfices et diverses propriétés.

Le lait d’ânesse est un produit se rapprochant le plus de celui de la femme, au même titre que le lait de jument. Il fut longtemps utilisé pour les bébés avant d’être devancé par le lait de vache et le lait en poudre au XXe siècle.
Le lait d’ânesse est très rare, en effet l’ânesse ne produit que pour son ânon, soit environ 1 litre de lait par jour. Celle-ci doit être traitée toutes les 3h par une personne de confiance. Si l’ânon est retiré à sa mère, celle-ci cessera de produire son lait, d’où la rareté du produit, la petite quantité du produit de base dans les cosmétiques commercialisés et donc de ce fait le prix.

Les bienfaits du lait d’ânesse sont multiples ! Utilisé avant pour des aspects pharmaceutiques et médicinaux, aujourd’hui ce produit s’oriente vers le domaine cosmétique. Beaucoup de dérivés de ce produit existent comme des crèmes aux propriétés anti-ride, celles qui permettraient de soulager l’eczéma, le psoriasis, les douleurs locales… Attention, ces crèmes ne soignent pas ces maladies mais leurs propriétés hydratantes permettent de soulager la peau. Riche en acides gras, oligo-éléments, etc. et vitamines A, B1, B2, B6, D, C et E, la production des ânesses et aujourd’hui utilisé autant dans le domaine de la cosmétique que celui de l’alimentation, grâce à sa composition.