Comment vendre son or au bon moment ?

En dehors des situations dictées par des besoins urgents de liquidités, vendre tout ou partie de l’or que l’on possède demande un minimum de réflexion. En sa qualité de valeur refuge, l’or est étroitement associé à l’environnement économique et politique mondial. Se tenir informé de ces divers aspects permet d’anticiper une hausse ou au contraire une brutale chute des cours. Vendre trop tôt prive le vendeur d’une partie de la plus-value accumulée alors que trop tard peut induire une importante perte financière. Qu’il s’agisse d’or physique ou boursier, la vente doit s’effectuer après une mûre réflexion en se gardant de céder aux sentiments du moment que ceux-ci soient euphoriques ou pessimistes.

Prendre en considération les mêmes éléments ayant guidé l’achat quelques années plus tôt est une démarche logique lors de la vente d’or sur Toulouse. Autrefois acheté au plus bas prix possible, il s’agit cette fois de vendre l’or au plus haut. Dans les deux cas, cette transaction se réalise sur la base d’informations vérifiées en évitant les rumeurs dont l’objectif est d’influencer la valeur du métal jaune. Se tenir informé par l’intermédiaire de sites ou blogs spécialisés permet d’approfondir ses connaissances en cernant la réalité et non des bruits de couloir.

Comme pour l’achat, la vente d’or à Toulouse ou n’importe où en France est encadrée par diverses dispositions fiscales. Pour ce qui concerne l’or physique, la règlementation est aujourd’hui alignée sur celle de l’or boursier afin de rendre les transactions plus attrayantes pour les vendeurs. Le modèle de taxation sur l’or physique fonctionne de la même manière que celui concernant les plus-values réalisées sur le marché de l’or par le trading au travers de CFD (Contract For Difference) ou actions.

Deux options fiscales sont disponibles :

1°) le versement de la taxe intervient dès la vente l’or. Il suffit de remplir le formulaire 2091 disponible en téléchargement sur le site gouvernemental impots.gouv.fr et de le renvoyer à son centre des impôts. La taxe forfaire est de 7,5 % à laquelle il faut ajouter une CRDS de 0,5 %.

2°) La seconde est une imposition au régime des plus-values immobilières. Ne s’appliquant qu’à la différence entre le prix d’achat et celui de vente, le montant de la taxe incluant les prélèvements sociaux est de 28,1 %. C’est cette fois le formulaire 2092 qui devra être renseigné en y joignant le justificatif d’achat précisant la date et le prix. Un aspect intéressant de cette option est l’abattement annuel de 10 % intervenant dès la deuxième année de possession de l’or.

 Pour la vente d’or à Toulouse ou à Strasbourg, il est possible d’emprunter le chemin inverse ayant conduit à son achat. Une vente passant par l’intermédiaire d’une banque présente toutefois plusieurs inconvénients qu’il vaut mieux connaître. Il y a par exemple les frais associés au transport, ceux-ci pouvant atteindre des montants élevés.

Dans le cas de pièces, elles peuvent être refusées ou décotées si elles sont considérées comme détériorées. Opération coûteuse pour le vendeur qui devra malgré tout payer les frais de transport. La taxe appliquée sur ces ventes par les banques est de 8 %.

L’avantage de passer par une agence est la possibilité de demander l’estimation de son or avant de procéder à l’opération. Le vendeur peut dès lors décider de la vente ou la reporter à plus tard. S’agissant de professionnels dans le domaine de l’or, une vente d’or sur Toulouse en passant par une agence permet de bénéficier d’une réelle expertise.

La question épineuse demeure « Quand vendre tout ou partie de son or ? » pour en tirer le maximum de plus-value. Comme pour d’autres produits, vendre dès les premiers frémissements de baisse n’est pas la bonne solution. L’or est une telle référence qu’il vaut mieux le conserver lorsque le cours a atteint un trop bas niveau que s’en débarrasser à tout prix.

Cette réaction a été celle de certains vendeurs en 81-82 où l’or a chuté à 400 $ après une période hausse. Après quelques années de stabilité, le cours s’est envolé pour atteindre 1600 $ en 2012. Partant du principe que l’or fait partie de l’histoire et que celle-ci est un perpétuel recommencement, une vente d’or à Toulouse et ailleurs doit être mûrement réfléchie.