L’Artisanat : un secteur peu épargné par la crise

Les artisans clament depuis quelques mois leur incapacité à payer l’ensemble des charges réclamées par le gouvernement. 38 000 entreprises auraient déjà mis la clé sous la porte. La crise économique, la hausse de la TVA sur les travaux effectués sur les biens anciens, la concurrence des auto-entrepreneurs moins chers puisque moins sollicités pour le paiement de cotisations, ont entraîné une chute des commandes et donc une baisse du chiffre d’affaires.

Les artisans concernés et leurs revendications

Artisans électriciens, plombiers, chauffagistes, vitriers, miroitiers, etc. s’inquiètent de la tournure des événements. La Capeb, confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment, estime qu’il sera difficile de résister en 2014 sans la mise en place rapide de mesures efficaces. Malgré l’allocution du président de la République et la promesse de mesures exemplaires rassemblées dans le pacte de responsabilité (dont la suppression des cotisations familiales), les entreprises s’attendent encore à une année difficile avec obligations de licencier et pertes de revenus. Les artisans ne peuvent baisser leurs tarifs en dessous d’un certain seuil. Les déplacements lors de dépannages de chaudières ou de dépannages de vitrerie doivent être pris en compte sur la facture remise au client. De même, les cotisations doivent être répercutées sur la grille tarifaire des installations d’appareils sanitaires comme des dépannages de plombier standards. En appliquant un taux de TVA égal à 10% ou à 20,6% du total des travaux, le montant de la facture est obligatoirement élevé. Seuls les chantiers permettant une amélioration énergétique bénéficient encore de la TVA à 5,5%. Les travaux d’électricité, de serrurerie ou de pose de portes blindées, pourtant essentiels à la sécurité des personnes, subissent une hausse considérable.

Les entreprises misent sur les dépannages

Si les installations neuves rapportent bien plus, les dépannages constituent une partie non négligeable de l’activité d’une entreprise. Un dépannage de serrurerie est l’occasion de proposer des systèmes de sécurité novateurs comme les serrures A2P 5 points et les serrures carénées. Un dépannage de vitrier peut aboutir au remplacement des fenêtres existantes par des fenêtres triple vitrage bien plus performantes. Un dépannage de miroitier incite certains clients à demander des devis pour une véranda ou une baie vitrée. L’artisan conseille et informe sur les nouveautés sans toutefois « forcer » le client à l’achat.

Le dépannage d’électricité est spécifique et n’accepte aucune erreur de jugement. Il ne peut être reporté à une date ultérieure. Suite à une rénovation, le dépannage d’électricien qualifié peut être considéré comme du service après-vente et donc être entièrement gratuit pour le client. Dans les autres cas, la réparation devra se conformer aux nouveaux taux de TVA.

Un devis doit être remis aux clients potentiels avant le début des travaux pour qu’ils puissent comparer les prix et faire jouer la concurrence. La signature de ce document par les deux parties est obligatoire. Les montants de la facture devront être identiques.

Enfin, il est important de rappeler que les devis signés avant fin 2013 bénéficient encore des anciens taux de TVA.